Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 août 2006 2 15 /08 /août /2006 14:33

Pour en savoir plus sur le "négationisme" au Japon, je vous conseille ce dossier: http://www.amnistia.net/news/articles/negdoss/japnega/japnega.htm

---

Aujourd'hui, 15 août les Chinois et Coréens célèbrent la capitulation du Japon suite à la seconde guerre mondiale. Pendant ce temps, au Japon se déroule O-bon la fête des défun. A cette occasion, le premier ministre japonais s'est encore rendu à Yasukuni. Ce qui pour la 6ième fois à provoqué les foudres de la Chine et de la Corée.

L'histoire est assez compliquée et peu souvent bien expliquée aux occidentaux. Je viens de trouver un article du Monde vraiment bien fait que je vais vous faire partager en partie.

Ces histoires entre le Japon et la Chine me tiennent à coeur, et pour cause... J'adore le Japon et les Japonais (j'ai eu l'occasion d'apprendre un peu le japonais pendant quelques années et de me rendre au Japon), mais j'adore aussi la Chine et les chinois (bon ça vous devez le savoir)... De plus la famille de mon mari étant originaire de Nanjing, ses grand-parents maternels et paternels ont donc frôlés la mort lors du tristement célèbre massacre de Nanjing (qui est aujourd'hui contesté par les extrémistes japonais).

Note: à la tv chinoise vient de passer un reportage sur une délégation de Japonais apportant des fleurs au musée du massacre de Nanjing. De plus lors que je l'ai visité au mois de juillet 2004, il y avait de nombreux origami réalisés par des petits écoliers japonais offerts à ce musée. Tout espoir est donc loin d'être perdu. :)

La mémoire empoisonnée du Japon
Philippe Pons
Article paru dans l'édition du 10.02.06
Article en entier disponible gratuitement en ligne ici

"...

 

Tous les 15 août, la commémoration de la défaite rassemble à Yasukuni des vétérans en uniforme et guêtres blanches portant des drapeaux du Soleil-Levant et des "baroudeurs" en treillis de l'extrême droite, donnant à la cérémonie une atmosphère de "kermesse héroïque". Mais, plus que cette célébration, ce sont les visites des premiers ministres qui suscitent l'indignation de l'Asie et d'une partie des Japonais : par leur présence, fût-ce à titre privé, l'Etat semble honorer des hommes condamnés par un tribunal international — dont Tokyo a accepté le verdict par le traité de San Francisco — et absoudre ainsi le passé militariste.

Depuis 2001, l'actuel chef du gouvernement, Junichiro Koizumi, y a fait cinq pèlerinages, provoquant une grave détérioration des relations avec la Chine et la Corée. En suggérant récemment que l'empereur se rende un jour en personne au sanctuaire, son ministre des affaires étrangères, Taro Aso, vient encore de jeter de l'huile sur le feu. Le 15 août 1985, le premier ministre Yasuhiro Nakasone effectua une première visite à Yasukuni, qui provoqua un tel tollé en Chine qu'il dut par la suite y renoncer. C'est à titre privé et à des dates différentes que ses successeurs sont venus plus ou moins discrètement en pèlerinage, à la demande de l'Association des familles des défunts de la guerre (1,3 million de foyers). M. Koizumi accéda à ses fonctions en partie grâce au soutien de ce puissant lobby conservateur, en promettant de se rendre au sanctuaire.

Yasukuni est au noeud des continuités souterraines entre l'avant et l'après-guerre dans lesquelles se mêlent considérations politiques et croyances religieuses. De l'ère Meiji à 1945, le culte shintoïste fut la religion d'Etat. Culte sécularisé et identifié à celui de la Nation sacralisée, il devint l'armature idéologique de l'ultranationalisme. Fondé en 1869, le sanctuaire fut un instrument de mobilisation nationale, cimentant les liens entre la population et l'empereur à travers la vénération des héros morts en son nom. "Nous nous retrouverons à Yasukuni !", lançaient les kamikazes partant pour leur dernière mission. A l'exception de nostalgiques, ce n'est pas le culte national que célèbrent la plupart des huit millions de fidèles qui font chaque année le pèlerinage à Yasukuni. Ils viennent prier pour le repos de l'âme de leurs morts. Dans les croyances populaires, les morts deviennent des esprits. Et, plus que toute autre, l'âme des défunts décédés tragiquement doit être apaisée pour atteindre à la paix dans l'au-delà. Une croyance qui explique la résistance des familles des victimes de la guerre à admettre que celle-ci fut une "agression" et que leurs parents sont, par conséquent, morts pour une cause injuste.

Les âmes des défunts sont-elles pour autant satisfaites d'être honorées avec celles des hommes qui les menèrent à la mort et, aujourd'hui, otages des vivants, de contribuer à nourrir le négationnisme ? Car Yasukuni n'est pas qu'un sanctuaire pour le repos des morts : il véhicule aussi un message politique.

Dans le parc, derrière les pavillons, on tombe ainsi sur un monument dédié à la police militaire, responsable de la répression menée contre les Japonais opposés au militarisme. Un musée de la guerre est en outre situé dans l'enceinte du sanctuaire. "Yushu-kan" (pavillon pour apprendre auprès des hommes de bien) est dédié aux "combats qui ont fait le Japon moderne". Rénové en 2003, il retrace l'émergence de la puissance militaire nippone et célèbre la bravoure des soldats.

A l'entrée est exposée la locomotive qui circulait sur la voie ferrée de la frontière de la Birmanie et du Siam : "La construction de cette voie ferrée fut d'une extrême difficulté", peut-on lire sur la notice explicative. Assurément : "voie ferrée de la mort", elle coûta la vie à 60 000 travailleurs javanais, birmans, malais et chinois et à 15 000 prisonniers de guerre. Il n'est fait aucune allusion au "coût" humain de cet épisode illustré par le film Le Pont de la rivière Kwaï. A côté, est exposé un chasseur Zero. On apprend que ces appareils, les plus performants de l'époque, furent utilisés à Chonqging, en Chine, en 1940. Ce qui n'est pas dit, c'est que les raids sur la ville firent 20 000 morts civils. Tout aussi elliptique est le traitement de l'"incident" de Nankin, en 1937.

Au fil d'une vingtaine de salles, avec, en musique de fond, des marches militaires, on voit le Japon en guerre, mais on ne saisit guère l'origine de celle-ci, sinon que le pays "n'avait pas d'autre choix pour défendre son indépendance"... De la guerre sino-japonaise (1894-1895) à celle avec la Russie (1904-1905), en passant par la "guerre de quinze ans" en Chine (1931-1945), l'ennemi est invisible. Comme les peuples asiatiques que le Japon "libérait".

Parmi les milliers de photographies des morts pour la patrie, figure celle du général Hideki Tojo, avec la mention "mort juridique" (c'est-à-dire exécuté). Selon l'Encyclopédie de Yasukuni, publiée par le sanctuaire, les criminels de guerre furent "cruellement exécutés sous l'accusation fallacieuse de crimes de guerre par un tribunal asservi aux forces occupantes". Dès 1953, des lois accordèrent aux familles des condamnés les mêmes avantages qu'à celles des morts pour le pays.

"Nous devons juger nos responsabilités par nous-mêmes, et il est regrettable que nous ne l'ayons pas fait", écrit Okinori Koya, ancien ministre des finances du cabinet Tojo, condamné à la prison à perpétuité par le tribunal de Tokyo, et qui retourna à la vie publique dix ans plus tard. "Sans examiner nos erreurs, nous ne pourrons jamais honorer sereinement la mémoire de nos morts", estime Yoshibumi Wakamiya, éditorialiste en chef du quotidien Asahi.

Plus que des excuses et des remords — exprimés à maintes reprises —, seule l'exploration, par les Japonais eux-mêmes, des responsabilités de leurs dirigeants libérerait Tokyo de l'hypothèque que fait peser ce passé mal assumé sur ses relations avec ses voisins. Mais c'est mettre en cause la responsabilité, morale au moins, de l'empereur Showa (Hirohito). C'est aussi souligner celle de l'occupant américain, qui exonéra l'empereur de toute faute et favorisa le retour au pouvoir de la droite afin de faire de l'Archipel un bastion de sa stratégie anticommuniste en Asie. Un héritage qui nourrit le négationnisme contemporain."

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mimisan 21/12/2007 15:51

En cherchant un de mes articles dans mon blog japonica, j'ai eu celui-ci dans les raponses je sui svenue le (re)voir.malheureusement, depuis cet article, la situation négationniste a empiré... c'est affilgeant, pour ne pas dire désespérant.heureusement que ce n'est pas toute la population, qu eles enseignants sont en rage etcMais c'est grave parce qu ec'est la position officielle du gouvernement...Ce n'est pas si marginal que ce que Pchan voulait bien penser...SnifffGros bisous

aidan 14/12/2006 13:37

ca fait plaisir de voir une occidentale qui analyse aussi bien la sitution entre la Chine et le japon, bravo ! :)

Aixue 23/08/2006 17:09

Oulah... le Japon a libere des peuples opprimes ? Ca vous rappelle pas un pays aux 3 initiales, ca ? Decidement, on est pas sortis de l'auberge !De toute facon, tant que la Chine, le Japon et la Coree ne se rencontreront pas avec pour but d'arranger les choses, je ne vois pas comment ca changerai, puisque chacun fait ses petites manigances dans son coin... et comme pour l'instant ca a l'air de les arranger (enfin pour la Coree je sais pas trop)... le PC chinois tourne la colere du peuple vers autre chose que leur realite sociale, le gouvernement Japonnais elargit son electorat... Le nationnalisme ammene a toutes les derives. On le voit aussi en Occident, et meme en France !

Elodie Xu 24/08/2006 07:58

En tout cas j'espere que la situation va s'arranger dans les années à venir :)

pchan 22/08/2006 06:46

Je ne sais pas si on peut parler de négationisme. Les brochures et autres mangas sur l'Histoire vue par les Japonais ne sont édités que par de petits groupuscules d'extrême droite et ne sont pas disponibles dans les librairies. Les jeunes Japonais sont en général totalement ignorant par rapport à l'Histoire de leur pays, et  encore plus en ce qui concerne l'étranger.
Concernant la visite de Koizumi au temple Yasukuni, je pense que c'est juste une façon de se positionner en Asie en ayant l'air de dire "Attention le Japon est toujours un grand pays sur lequel il faut compter". Un peu comme peuvent le faire également la Corée et bien sûr la Chine...Jouer la carte du nationalisme peut malheureusement vite déraper.

Elodie Xu 22/08/2006 07:16

C'est vrai que ce ne sont que des groupuscules d'extrême droite, malheureusement ils semblent arriver à influencer.... le gouvernement. C'est un peu ça qui me fait froid dans le dos.
L'article du Monde d'ailleurs le soulignait (d'ailleurs je m'y connais pas du tout en politique japonaise, alors je ne sais pas si c'est vraiment vrai ou pas... mais bon) que Koizumi avait été élu grace à l'appui de ce genre de groupuscule.
Sinon pour ce qui est du terme "négationisme", hélas je crois bien qu'il s'applique. Car ce genre de personne nie un massacre (celui de Nanjing).
Je te donne un lien vers un dossier vraiment tres bien fait (qui date peut être un peu... de début 2001) réalisé par un chercheur français. http://www.amnistia.net/news/articles/negdoss/japnega/japnega.htm:( Sinon c'est vrai que chaque pays joue la carte du nationalisme :/ et a cause de cela, ces pb de voisinage trainent depuis trop longtemps. L'attitude de la Chine est loin aussi d'arranger les choses.

isamu 19/08/2006 04:59

Attends, mais tu es au courant que le gouvernement impose un certains nombre de séries TV et émissions sur la guerre contre le japon? La dernière génération à une haine de japonais parce qu'il sont en grande partie manipulés, cf les manifestations d'étudiant l"année dernière.Je ne parle pas de minimiser le massacre de nankin ou autre mais du simple fait que si la Chine reconnaissait ses propres tords, elle serait plus crédible.Les droits de l'homme est soit disant un concept occidentalisé et Pékin l'adapte a ses besoins; c'est inacceptable.

Elodie Xu 20/08/2006 12:15

humm alors pour toi la 'manipulation' des jeunes chinois est plus révoltant que le négationisme japonais?Franchement, c'est vrai que c'est un peu lourd de ne voir tout le temps que des émissions sur la guerre contre le Japon. Mais bon d'un autre côté ce n'est pas ça qui pousse à la haine contre le Japon. Je pense que ce qui se passe est largement suffisant.Par contre ça me révolte carrément qu'au Japon on autorise des mangas négationistes ou des manuels d'histoire qui disent que le Japon a "libéré" les malheureux chinois et coréens... et autres choses encore plus énorme!
Pour les droits de l'homme je ne vois pas le rapport que ça a avec le négationisme ou la seconde guerre mondiale.... Ou alors peut être que comme les droits de l'homme ne sont pas trop respectés en Chine, ça donne le droit au extrémiste japonais de réécrire l'histoire. ;D c'est ce que tu veux dire en gros quand tu parles de crédibilité...?

* Hello China *

Présentation du blog:
Bonjour à tous, je m'appelle Elodie. Je vis en Chine depuis début 2006. J'aime la Chine et devinez quoi? Depuis le temps j'aime toujours y vivre.
Mon mari est chinois (Nanjing) et nous vivons actuellement à Shanghai. Après avoir vécu quasiment 5 ans à Zhangjiagang (petite ville du Jiangsu). Je parle couramment chinois: j'ai fait 2 années d'étude à Nanjing University, et je suis fière d'avoir obtenu au HSK le niveau 7... Enfin j'ai encore de quoi m'améliorer! 
Je crois que vous savez à peu près tout... ;) Bonne visite!
Hello China - Elo China 欢迎你 
Une dernière chose: compte tenu du nombre de message que j'ai reçu via mon blog, je n'ai malheureusement pas le temps de répondre à tout le monde. Désolée.

 

Click for Nanjing, Jiangsu Forecast

Liens

Tous mes liens ici
***


Bonjour Chine – Portail Forums expatriation
www.expat-blog.com
Blogarama - The Blog Directory

www.annuaire-blogs.fr

SuperExpat c'est le meilleur des blogs et de l'actualité des français de l'étranger. Actualité, Conseils pratiques, Infos et Analyses locales...

Une sélection de la


***

Recherche

Pages