Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 août 2006 4 24 /08 /août /2006 01:00

Pour illustrer mon article, voici M. Malpoli. Il a couru un magnifique sprint-bourre-tout-le-monde pour monter dans le métro. A priori ça a bien marché car il a obtenu une place assise… qu’il n’a bien sure pas céder à sa petite amie ni à des personnes âgées. Un peu plus poli, il aurait été nettement plus mignon !

 

 

 

 

Ami Laowai (= étrangers) qui ne connaît pas –encore- la Chine, il est tant que je te mette en garde avant ta venue ici.

Tu es du genre à t’excuser lorsque quelque tu bouscules quelqu’un ?
Tu ne courres jamais tel un charognard pour monter le premier dans le bus / métro ?
Tu réponds à voix basse au téléphone portable ou bien tu changes d’endroit pour ne pas gêner les gens au resto/ dans le bus ?
Tu as tendance à sourire aux serveurs / vendeurs, et même à leur dire « bonjour » « merci » « au revoir » ?

Hé bien sache que ce n’est pas gagné ! 

 

Bon sans rire, la Chine était autrefois un pays très respectueux, où les gens avaient tendance à se dévaloriser pour valoriser l’autre, en utilisant des formules de politesse…

A l’heure actuelle, il serait injuste de dire que tous les chinois sont malpolis, cependant ils sont nombreux ceux qui ont tendance à ne pas être très respectueux. Il semblerait que cet « oubli » des traditions soit dû à la révolution culturelle…

 

Je vais vous donner des petits conseils pour survivre dans la jungle chinoise
 

 

Leçon 1 : pousser les gens sans pitié

Vous devez prendre le bus / métro ou alors vous vous promenez dans la rue, n’hésitez pas à pousser les gens car eux en tout cas ils n’hésiterons pas. Cela fait parti du jeu. Surtout si l’on veut prendre un bus bondé et surtout pouvoir monter dedans.

NB : quand je dis pousser, il ne s’agit pas « exploser la tête des gens par terre».

 

 

 

Leçon 2 : ne pas hésiter à exprimer son mécontentement  

 

Mon mari m’explique souvent que les chinois respectent surtout ceux qui s’imposent par la force. C’est ce qu’il observe tous les jours notamment à son travail. Selon lui la gentillesse n’apporte pas vraiment le respect de la plupart des personnes.

Traduction dans la vie courante : si quelqu’un vous double dans une queue, n’hésiter pas à le prendre par l’épaule et le pousser délicatement de votre passage avec un petit « hey hey hey » ou alors éventuellement un petit « j’étais là en premier » en chinois. Je préfère le « hey hey hey » car face à un étrangers dans ces circonstances là, la personne soit n’osera pas répliquer, soit de toute façon ne sera pas quoi dire ne parlant pas de langue étrangère.  

De manière plus large, si vous vous sentez dans n’importe quel contexte arnaqué ou pas content, le mieux est de l’exprimer. Bon il ne s’agit pas de tout casser dans le resto / taxi / autre, mais de « gueuler » un bon coup. Les chinois dans la vie de tous les jours n’hésitent pas, et généralement c’est considéré comme « normal », l’autre personne cherche à contenter la personne mécontente et hop l’histoire est finie. Bon cela ne marche que dans des situations de resto / taxi, lorsque l’on est client.
Il va de soi que si l’on fait ça avec son chef chinois, l’effet est loin d’être le même.

 

 

 

Leçon 3 : ne pas se vexer 

 

… non pas parce que se vexer est mal poli (cf. leçon précédente), mais c’est surtout un conseil pour éviter de passer un mauvais moment ou de se mettre en colère pour rien.

Dans les restaurants ou les magasins, les vendeurs/serveurs peuvent vous donner l’impression d’une profonde antipathie genre « ‘tain, mais qu’est-ce qui me fait chier celui-là » exemple : en jetant  les plats, serviettes sur la table, posant des plats super chaud en évitant de justesse vos mains sans bien sure s’excuser ou prévenir ; ou alors ne jamais rien répondre à vos « bonjours » « merci » « au revoir »… Il ne faut pas croire que tous les asiatiques ont une tête n’exprimant pas les émotions qu’ils ressentent… Certaines personnes arrivent plus que bien à avoir sur leur visage une expression de profonde antipathie :)
Bref, ne pas se vexer de ce qui pour nous est un manque de politesse totale et surtout surprenant de la part de vendeur ou serveur. C’est assez commun ici, même si les restaurants / magasins  un peu plus chic ont en général un personnel assez poli. De plus, il faut comprendre que la plupart du temps les clients chinois traitent se genre de personne limite comme des chiens. Alors ça fait parti du « jeu » je suppose.

« Grâce » à ça, lorsque je vais dans des restaurants / magasins / autre où les gens me sourient ça me fait un plaisir fou :) 


Bon y a tout de même des fois, j’avoue il est difficile de ne pas se vexer. Genre lorsque je veux essayer un vêtement dans un magasin et la vendeuse vous l’arrache littéralement des mains en disant « tu peux pas porter ! »… Ca m’est arrivé plusieurs fois et c’est vraiment pénible grr. La dernière fois que ça m’est arrivé, c’était à Etam Shanghai (une grande marque dans un grand magasin !). Je veux essayer un pull en 38 (les étiquettes affichent les tailles françaises à priori), hé bien la vendeuse ne l’entendait pas ainsi ! Elle voulait que j’essaye le 40 et surtout pas le 38. Grâce à ma copine chinoise qui a insisté, j’ai fini par essayer le 38 qui – oh surprise – m’allait tout à fait bien. Hé bien la vendeuse continuait de me soutenir que le 40 m’irait bien mieux !

Certains vendeurs sont assez têtus tout de même :) Ca me fait penser aux vendeuses de sous-vêtements qui limite me rient au nez quand je leur dis ma taille de soutien-gorge. Et après comme forcément il n’y en a pas, elles me déclarent que je ne mets pas cette taille là, et me proposent du 80 C- D ou même E (sic). Je crois qu’en jour je vais enlever mon T.Shirt et leur montrer mon soutif, non mais !

Repost 0
19 août 2006 6 19 /08 /août /2006 00:46

Le titre n’indique pas que j’ai ou que je vais voyager en Corée du Nord… 

J’ai l’impression que les chinois ont une curiosité maladive envers la Corée du Nord. J’avais vu un reportage en France, où l’on montrait de jeunes couples chinois se faire prendre en photo… devant la rivière frontalière entre la Chine et la Corée… Et oui une photo de mariage sur fond de Corée du Nord dévastée, ça c’est la classe. De plus il y a de nombreux chinois qui vont visiter en voyage organisé la Corée du Nord. Parallèlement sur le web chinois, de nombreux sites s’intéressent à la Corée du Nord, certains chinois s’amusent à prendre des photos en cachette du vrai visage de ce pays, etc…

Bref grâce au web chinois et à la traduction de mon mari des meilleures anecdotes, je vais vous en dire un peu plus sur ce pays assez navrant…

 

Propagande :

-         En Corée du Nord, les gens dans la rue sont tous bien habillés et sont souriants
Un vidéo clip Nord Coréen à l’appui :
http://www.hacha.cn/bbs/dispbbs.asp?boardid=62&id=35463

A priori le gouvernement Nord Coréen fournit un uniforme à chaque personne et l’oblige à le porter… (Note je ne pense pas que les uniformes soient les même que les vêtements sur le clip). Par contre le gouvernement ne fournit pas les chaussures qui vont avec l’uniforme… Ainsi en regardant les chaussures d’un Nord Coréen, on peut deviner s’il est riche (appartient au gouvernement) ou non. 

-         Entre la frontière Nord-Coréen et la frontière chinois, le gouvernement aurait embauché des « figurants Nord Coréens » pour faire croire aux étrangers (chinois) que les Nord Coréens sont bien habillés…

 

 

 
-         La Corée du Nord a vaincu toute seule (et sans l’aide de la Chine) les Américains et les Sud Coréens. D’ailleurs l’ancien président Nord Coréen y est pour beaucoup ! A lui seul à l’aide d’un simple pistolet il dégomait les avions américains dans le ciel… Ensuite la Corée du Nord dans un élan de bonté, a libéré la Chine du Nord. (haha).

 

L'ancien président, ce héro 

 

 

-         Le métro de Pyong Yang a été construit par des chinois. Mais pour faire plus jolie, le « made in China » a été transformé en « made in North Korea ». D’ailleurs aucun chinois n’a été invité lors de l’inauguration.

  

-         A Pyong Yang il est interdit de se déplacer à vélo… Ca donnerait une image de pays pas industrialisé.
 

-         A Pyong-Yang il est interdit d’étendre son linge dehors (même raison que précédemment)  

 

Du grand n’importe quoi :

-         La Corée du Nord produit de la drogue… et notamment pour la vendre la Chine. Quand on sait qu’en Chine les personnes portant plus de 50 gr de drogue sont condamnés à la peine de mort, autant dire que ce n’est pas du goût des autorités de Pékin ! A priori la Chine arrête pas mal de dealer entre les frontières Nord Coréenne et Chinoise et les remets à la justice Nord Coréenne. Bizarrement les douaniers chinois voient passer souvent les mêmes dealers. Par contre si les douaniers chinois remettent à la justice Nord Coréenne des clandestins, on peut être sur que ces malheureux ne feront pas long feu avant d’être exécuté. 

 

-         Si des Nord Coréens utilisent un four électrique, ils sont passibles d’amende. (une histoire de ça bouffe l’électricité et l’intensité… il y aurait 200 coupures d’électricité par an en Corée du Nord…. D’ailleurs je crois que les lumières ne sont jamais allumées le soir).
 

-         Les Nord Coréens sont classés selon leur famille… Si par malheur un de leur ancêtres étaient un patron capitaliste (ou quelqu’un de près ou de loin lié au capitalisme), leur descendants n’auront pas le droit à l’éducation.
 

-         Les trains ont en général 5 jours de retard, il n’est pas rare que les trains aient 10 jours de retard… Si les trains ont 3 jours de retard c’est qu’ils sont à l’heure :) (finalement je vais vous faire aimer la SNCF lol) 

 

Touristes chinois :

-         La Corée du Nord a ouvert des casinos… pour faire jouer les touristes chinois (c’est interdit en Chine).
 

-         Les chinois avant leur voyage en Corée du Nord se munissent de sac de riz, viande séchée et baladeurs mp3… cela servira de monnaie d’échange pour passer plus facilement les douanes et faire passer en douce un appareil photo par exemple.
 

-         Avant de voyager en Corée du Nord, il est conseillé aux touristes chinois de faire des orgies de viande et de trucs bien gras…

 

 

 -         Le programme des visites et fixé par le gouvernement Nord Coréen, tout comme les hotels...


Un bel hotel pour touriste...


La tv casse un peu tout le charme je trouve lol

-         Dans les hôtels, les touristes (chinois, ça doit être valable pour toutes les autres nationalités) sont mis sous écoute : interdiction de parler politique… Il parait qu’ils ont vraiment du mal la dessus, frustrés dans leur chambre d’hôtel, ils s’en donneraient à cœur joie dans la rue. Ce qui fait qu’ils sont réputés être des touristes très bruyants en Corée du Nord.

Repost 0
17 août 2006 4 17 /08 /août /2006 05:33

Je vais vous parler des factures de restaurants :) qui sont presques de petits billets de "millionaire".


Je ne sais pas si ce systèmes existent dans les autres régions de la Chine, mais dans la région du Jiangsu (et à Shanghai) sur la facture du restaurant il y a une petite case à gratter. Il est possible de gagner: 5, 10, 20, 50, 100, 1 000 jusqu'à 2 000 yuan il me semble.
Pour savoir si vous avez gagnez, je vous conseille de demander à un chinois... Car ce n'est pas évident, les chiffres ne sont ni écrit en chiffre arabe, ni en caractères chinois "normaux" 一二三四五六 mais 壹、 贰、叁、肆、伍、陆、柒、捌、玖、拾、 Bref, ce nest pas toujours évident :)

Alors vous vous demandez surement le pourquoi du comment... Le système est simple. Pour encourager les clients à demander la facture dans les restaurants (et donc diminuer le travail au noir), le gourvenement/région (je ne sais pas exactement) a mis en place ce système. Si le client gagne 5 yuan, le restaurant donne 5 yuan qui seront ensuite déduisibles niveau impôt.
Comme ça tout le monde est content (enfin surtout le client et l'Etat qui se met plus d'impôt dans la poche).
Par contre il arrive que certains restaurants ne soient pas équipés de factures. Cela arrive souvent dans les petits "boui boui". Dans certains autres restaurants, on peut vous sortir toutes les bonnes excuses du monde : les serveurs ne peuvent pas transporter des factures, la machine est en panne, il y en a plus... etc.

En tout cas je vous conseille de ne jamais oublier à la fin du repas de demander le fa piao (tons: 1 et 4), car nous nous avons déjà gagné près de 100 yuan :) Avoir une petite réduction de 5 ou 10 yuan sur son repas c'est toujours agréable!

 

Repost 0
15 août 2006 2 15 /08 /août /2006 14:33

Pour en savoir plus sur le "négationisme" au Japon, je vous conseille ce dossier: http://www.amnistia.net/news/articles/negdoss/japnega/japnega.htm

---

Aujourd'hui, 15 août les Chinois et Coréens célèbrent la capitulation du Japon suite à la seconde guerre mondiale. Pendant ce temps, au Japon se déroule O-bon la fête des défun. A cette occasion, le premier ministre japonais s'est encore rendu à Yasukuni. Ce qui pour la 6ième fois à provoqué les foudres de la Chine et de la Corée.

L'histoire est assez compliquée et peu souvent bien expliquée aux occidentaux. Je viens de trouver un article du Monde vraiment bien fait que je vais vous faire partager en partie.

Ces histoires entre le Japon et la Chine me tiennent à coeur, et pour cause... J'adore le Japon et les Japonais (j'ai eu l'occasion d'apprendre un peu le japonais pendant quelques années et de me rendre au Japon), mais j'adore aussi la Chine et les chinois (bon ça vous devez le savoir)... De plus la famille de mon mari étant originaire de Nanjing, ses grand-parents maternels et paternels ont donc frôlés la mort lors du tristement célèbre massacre de Nanjing (qui est aujourd'hui contesté par les extrémistes japonais).

Note: à la tv chinoise vient de passer un reportage sur une délégation de Japonais apportant des fleurs au musée du massacre de Nanjing. De plus lors que je l'ai visité au mois de juillet 2004, il y avait de nombreux origami réalisés par des petits écoliers japonais offerts à ce musée. Tout espoir est donc loin d'être perdu. :)

La mémoire empoisonnée du Japon
Philippe Pons
Article paru dans l'édition du 10.02.06
Article en entier disponible gratuitement en ligne ici

"...

 

Tous les 15 août, la commémoration de la défaite rassemble à Yasukuni des vétérans en uniforme et guêtres blanches portant des drapeaux du Soleil-Levant et des "baroudeurs" en treillis de l'extrême droite, donnant à la cérémonie une atmosphère de "kermesse héroïque". Mais, plus que cette célébration, ce sont les visites des premiers ministres qui suscitent l'indignation de l'Asie et d'une partie des Japonais : par leur présence, fût-ce à titre privé, l'Etat semble honorer des hommes condamnés par un tribunal international — dont Tokyo a accepté le verdict par le traité de San Francisco — et absoudre ainsi le passé militariste.

Depuis 2001, l'actuel chef du gouvernement, Junichiro Koizumi, y a fait cinq pèlerinages, provoquant une grave détérioration des relations avec la Chine et la Corée. En suggérant récemment que l'empereur se rende un jour en personne au sanctuaire, son ministre des affaires étrangères, Taro Aso, vient encore de jeter de l'huile sur le feu. Le 15 août 1985, le premier ministre Yasuhiro Nakasone effectua une première visite à Yasukuni, qui provoqua un tel tollé en Chine qu'il dut par la suite y renoncer. C'est à titre privé et à des dates différentes que ses successeurs sont venus plus ou moins discrètement en pèlerinage, à la demande de l'Association des familles des défunts de la guerre (1,3 million de foyers). M. Koizumi accéda à ses fonctions en partie grâce au soutien de ce puissant lobby conservateur, en promettant de se rendre au sanctuaire.

Yasukuni est au noeud des continuités souterraines entre l'avant et l'après-guerre dans lesquelles se mêlent considérations politiques et croyances religieuses. De l'ère Meiji à 1945, le culte shintoïste fut la religion d'Etat. Culte sécularisé et identifié à celui de la Nation sacralisée, il devint l'armature idéologique de l'ultranationalisme. Fondé en 1869, le sanctuaire fut un instrument de mobilisation nationale, cimentant les liens entre la population et l'empereur à travers la vénération des héros morts en son nom. "Nous nous retrouverons à Yasukuni !", lançaient les kamikazes partant pour leur dernière mission. A l'exception de nostalgiques, ce n'est pas le culte national que célèbrent la plupart des huit millions de fidèles qui font chaque année le pèlerinage à Yasukuni. Ils viennent prier pour le repos de l'âme de leurs morts. Dans les croyances populaires, les morts deviennent des esprits. Et, plus que toute autre, l'âme des défunts décédés tragiquement doit être apaisée pour atteindre à la paix dans l'au-delà. Une croyance qui explique la résistance des familles des victimes de la guerre à admettre que celle-ci fut une "agression" et que leurs parents sont, par conséquent, morts pour une cause injuste.

Les âmes des défunts sont-elles pour autant satisfaites d'être honorées avec celles des hommes qui les menèrent à la mort et, aujourd'hui, otages des vivants, de contribuer à nourrir le négationnisme ? Car Yasukuni n'est pas qu'un sanctuaire pour le repos des morts : il véhicule aussi un message politique.

Dans le parc, derrière les pavillons, on tombe ainsi sur un monument dédié à la police militaire, responsable de la répression menée contre les Japonais opposés au militarisme. Un musée de la guerre est en outre situé dans l'enceinte du sanctuaire. "Yushu-kan" (pavillon pour apprendre auprès des hommes de bien) est dédié aux "combats qui ont fait le Japon moderne". Rénové en 2003, il retrace l'émergence de la puissance militaire nippone et célèbre la bravoure des soldats.

A l'entrée est exposée la locomotive qui circulait sur la voie ferrée de la frontière de la Birmanie et du Siam : "La construction de cette voie ferrée fut d'une extrême difficulté", peut-on lire sur la notice explicative. Assurément : "voie ferrée de la mort", elle coûta la vie à 60 000 travailleurs javanais, birmans, malais et chinois et à 15 000 prisonniers de guerre. Il n'est fait aucune allusion au "coût" humain de cet épisode illustré par le film Le Pont de la rivière Kwaï. A côté, est exposé un chasseur Zero. On apprend que ces appareils, les plus performants de l'époque, furent utilisés à Chonqging, en Chine, en 1940. Ce qui n'est pas dit, c'est que les raids sur la ville firent 20 000 morts civils. Tout aussi elliptique est le traitement de l'"incident" de Nankin, en 1937.

Au fil d'une vingtaine de salles, avec, en musique de fond, des marches militaires, on voit le Japon en guerre, mais on ne saisit guère l'origine de celle-ci, sinon que le pays "n'avait pas d'autre choix pour défendre son indépendance"... De la guerre sino-japonaise (1894-1895) à celle avec la Russie (1904-1905), en passant par la "guerre de quinze ans" en Chine (1931-1945), l'ennemi est invisible. Comme les peuples asiatiques que le Japon "libérait".

Parmi les milliers de photographies des morts pour la patrie, figure celle du général Hideki Tojo, avec la mention "mort juridique" (c'est-à-dire exécuté). Selon l'Encyclopédie de Yasukuni, publiée par le sanctuaire, les criminels de guerre furent "cruellement exécutés sous l'accusation fallacieuse de crimes de guerre par un tribunal asservi aux forces occupantes". Dès 1953, des lois accordèrent aux familles des condamnés les mêmes avantages qu'à celles des morts pour le pays.

"Nous devons juger nos responsabilités par nous-mêmes, et il est regrettable que nous ne l'ayons pas fait", écrit Okinori Koya, ancien ministre des finances du cabinet Tojo, condamné à la prison à perpétuité par le tribunal de Tokyo, et qui retourna à la vie publique dix ans plus tard. "Sans examiner nos erreurs, nous ne pourrons jamais honorer sereinement la mémoire de nos morts", estime Yoshibumi Wakamiya, éditorialiste en chef du quotidien Asahi.

Plus que des excuses et des remords — exprimés à maintes reprises —, seule l'exploration, par les Japonais eux-mêmes, des responsabilités de leurs dirigeants libérerait Tokyo de l'hypothèque que fait peser ce passé mal assumé sur ses relations avec ses voisins. Mais c'est mettre en cause la responsabilité, morale au moins, de l'empereur Showa (Hirohito). C'est aussi souligner celle de l'occupant américain, qui exonéra l'empereur de toute faute et favorisa le retour au pouvoir de la droite afin de faire de l'Archipel un bastion de sa stratégie anticommuniste en Asie. Un héritage qui nourrit le négationnisme contemporain."

 

Repost 0
11 août 2006 5 11 /08 /août /2006 10:01

J’adore les petits pois ! C’est bon et surtout c’est incroyablement facile à préparer : on vide la boîte de petit pois dans une casserole et on attends 5 min. Du coup, le petit pois c’était mon plat rapidos préféré quand j’étais à Clermont.
 

Avant de venir en Chine, je ne connaissais d’ailleurs que cette manière là de manger le petit pois… Et bien nos amis chinois qui sont très créatifs ont trouvé d’autre manière pour déguster cette petite graine !

 

 

 Tout d’abord, il y a la glace aux petits pois… Je pense que tout comme moi au début, vous allez vous « baaah ». Ca ne m’inspirait pas trop, je n’avais pas tellement envie de goûter. Et puis je me suis lancée, j’ai piqué un bout de glace à mon homme, et j’ai fini par tout lui dévorer : )

Je vous la conseille donc (pour les plus courageux curieux, j’ai trouvé une recette ici en Français http://saveursdumonde.net/ency_3/relais/glace-pois.htm comme quoi ce genre de glace n’est pas si barbare que ça).
 

Ensuite, il y a le gâteau aux petits pois (绿豆糕 lv4 dou4 gao1). Il existe plusieurs types de gâteau différents (certains sont jaune pâle d’autre vert). Mes préférés incontestablement sont ceux de chez Ganso, ils ressemblent beaucoup à ceux de la photo, malheureusement ils sont chers :( Va falloir que je m’en fasse offrir par ma belle-famille hihi.

 

... Et enfin il y a … les liangfen (凉粉 liang2 fen3). Au premier abord j’aurais pensé que ces pâtes venaient du tofu, et en fait non, elles sont belles et bien réalisées à partir du petit pois. Ces pâtes se mangent froides légèrement pimenté, c’est un vrai régal en été car particulièrement rafraîchissant.

Note : Pour une raison que j’ignore, il existe aussi des liangfen faites à partir de farine de blé.

Repost 0
1 août 2006 2 01 /08 /août /2006 08:08

Coup de gueule

 

Hier soir un individu que l’on peut qualifier d’abrutis (éventuellement gros blaireau) est venu me parler sur MSN.

 

La conversation commence normalement, il me demande si je suis toujours en Chine et si le pays ne me soule pas, car lui il en avait marre…

« Ton copain est chinois non ? » Je lui explique que je suis bien mariée avec un chinois et ce depuis 1 an et 1 mois :)

A priori étonné, il me demande « mais tu as quel age ?» « Et tu es heureuse ? ». Toujours à son grand étonnement je lui répond que « ben bien sure que oui ! ». Déjà j’aime pas trop qu’on me pose se genre de question qui font un peu genre : « mais… mais …. Mais  pourquoi tu es mariée ? Tu es folle ou quoi ?! Tu es trop jeune ?! Comment tu peux être heureuse ? ». Enfin bon, là je dis rien.

 

Après quoi il m’explique qu’il trouve ça trop bizarre car ses copines occidentales lui ont expliqué qu’elles n’aimaient pas trop les chinois…. Il continue en ajoutant qu’il y avait un problème de taille (d’engin pour ceux qui ne suivraient pas). Je lui explique que je n’ai pas ce problème, et que je pense que c’est un « vieux préjugé tout pourri ». A mon avis les chinois sont un peu comme tous les hommes. Mais il insiste par un « oui, mais ce n’est pas ce qu’ON m’a dit ».

 

Ce blaireau renchérit en m’expliquant que ces conquêtes chinoises lui toutes confirmées ce problème de taille des chinois, et qu’apparemment elles ont su apprécier le calibre français. J’imagine très bien son histoire. Ce pauvre abrutis se promenant dans les bars pour étrangers à Shanghai, il réussit a se « lever » quelques « pétasses chinoises » qui sont nombreuses à traîner dans ce genre d’endroit. Dans l’intimité, sentant que le blaireau est complexé par la taille de son engin, elles en profitent pour s’attirer ses faveurs en le complimentant là où il faut. Et hop le tour est joué.

 

Bon je ne lui ai dit pas ça of course ;) Je lui ai juste dit que « toutes les chinoises se tapent des étrangers pour des sous », histoire de lui montrer que les préjugés c’est nul. Mais peut être blessé par la réalité de ces paroles par rapport à son histoire lol, il me demande si je suis folle,  pourquoi je suis si énervée et pourquoi je dis n’importe quoi. Et oui, il a juste insinué que c’était incroyable d’être heureuse avec un chinois vu la taille… de leur engin. Alors bon diable pourquoi je serais énervée ?!

 

Bon on taira bien sure le fait que la taille ne fait pas tout… Car visiblement le pauvre garçon croit dure comme fer que c’est le secret du plaisir. Je plains d’avance ses conquêtes lol.

 

 

Bref, un jour ça serait bien d’arrêter les préjugés. Car dans la même soirée, un Chinois m’expliquait que les européens étaient comme ça, comme ça et comme ça (des choses sans importance, j’ai déjà oublié). C’est le genre de chinois qui a visité l’Europe en une semaine en visitant 7 pays : un par jour…

 

Y a toujours quelque chose d’incroyable avec les préjugés, c’est toujours ceux qui s’y connaissent le moins qui ont les plus fortes convictions et lorsque quelqu’un qui s’y connaît vraiment leur explique, et bien ils ne veulent pas y croire...

 

Sans vouloir vous choquer en tout cas, je suis très heureuse en mariage : ). Et heureusement je me suis tout de même mariée par amour lol

Repost 0
14 juillet 2006 5 14 /07 /juillet /2006 05:50

En surfant sur le web chinois, on peut se rendre compte que ceux-ci adorent les flash, ces sortes de dessin animé :)

Il existe de nombreux flash: il y a les flash mtv, une chanson est plus ou moins mise en valeur par des artistes chinois. Et il y a les flash droles.

Je vous en propose deux aujourd'hui, assez drole et bien fait. Même s'ils sont en chinois, je pense qu'ils se comprennent tous seul :)

Tous deux ont pour thème l'amour. Je trouve le deuxième assez osé tout de même.

Si vous ne les voyez pas s'afficher, vous pouvez accéder au premier et au deuxième ici.

Repost 0
28 juin 2006 3 28 /06 /juin /2006 05:13

A Nanjing tout comme à Zhangjiagang, j’ai testé des restaurants Français (enfin le restaurant français de la ville).

Voici donc la comparaison : « les 5 sens » (Nanjing) vs « champs de blé » (Zhangjiagang)

 Les 5 sens : 


(Situé sur Hankou Lu, juste à côté de mon université : Nanjing Daxue)

Le chef est français, la carte propose des salades, pizzas, viande, pâte et dessert. Les tarifs sont raisonnables, très bon rapport qualité/prix : compté 20 yuan environ pour une salade et 40 pour un steak, 20 pour des profiteroles. Il y a de nombreux menus dont un menu midi.

L’ambiance du restaurant est vraiment très sympathique, les serveuses parlent anglais et s’évertuent à parler un anglais plus ou moins compréhensible même si vous leur parlez chinois… Exemple : je mange avec mes amis coréens… donc je parle en chinois avec eux. Et bien, la serveuse qui nous a observé pendant environ 10 min en attendant qu’on commande vient nous parler… en anglais. Et j’avoue que ce n’est pas toujours évident à comprendre ! Enfin, mise à part ça ce petit détail, le personnel est très serviable, on vous apporte régulièrement du pain. On vous sert de l’eau tiède (même presque froide!!!) parfumée au citron.

Même si la cuisine Française ne me manque pas tellement, je suis allée plusieurs dans ce restaurant pour permettre à mes amis coréens de découvrir un peu la cuisine française. J’en ai profité pour tester les profiteroles et autres desserts :) (miam).


Champs de blé : 


(A proximité de Shazhou Gongyuan)

Le chef est un japonais qui a habité en France, il est marié à une chinoise. Le restaurant propose donc des plats français et japonais. Le cadre est très agréable, et on a vu sur le parc d’à côté. J’ai trouvé la carte assez originale (notamment soupe de chou au fromage bleu) et le choix m’a paru plus large que chez « les 5 sens ». Il y a deux bémols : il n’y a pas de dessert, et le prix est assez élevé : 30 yuan la soupe au fromage bleu, 68 pour un steak, dans les 30 pour un pavé de saumon. Quant à la quantité, elle ne suit pas le prix. Le steak à 68 yuan était minuscule, mais heureusement très bon.

Nous n’avons pas vu le chef, mais la patronne qui parle un peu français. Le service est aussi agréable, mais assez lent (beaucoup plus que chez les 5 sens).

De plus on a eu quelques surprises au moment de payer : 15 la tasse d’eau chaude (certe il y avait une feuille de menthe, mais normalement l’eau chaude est gratuite. Et bien sure on s’était bien gardé de nous en prévenir. Passons vu que la patronne nous l’avait offert comme nous étions français). On nous avait apporté de minuscule amuse-gueule. On les avait trouvé vraiment tout rikiki mais très bon. Et en fait, ils étaient payant… Et pareil, rien ne nous avait été dit ! Je ne me doutais de rien car en France il me semble que la pratique offrir des amuses gueules est assez courante. Mais là non, 3 yuan par assiettes les 3 morceaux de légumes.

On nous a expliqué que c’est une pratique courante au Japon, et même si c’est un restaurant proposant des plats français en Chine, c’est tout de même un restaurant japonais ( ?).

Kanbo qui n’avait pas mangé à sa faim, s’est donc mise en colère. Et nous avons finit par payer uniquement ce que nous avons commandé. Je pense que nous n’y retournerons plus, c’est trop cher et on n’aime pas tant que ça les surprises lors de l’adition. 


Résultat :
J’avais été séduite par "les 5 sens", ses desserts et son cadre. Je crois qu’aujourd’hui je suis encore plus séduite par son prix raisonnable (pour un restaurant étrangers de bonne qualité) et par le fait qu’on n’hésite pas à gâter les clients par du pain français et de la bonne eau… non payante.

Repost 0
24 juin 2006 6 24 /06 /juin /2006 15:19

Vous connaissez Hello Kitty ? En France, Hello Kitty n’est pas encore très présente. Mais je pense que l'hexagone ne va pas échapper à cette petite tête de chat !

 

En Chine Hello Kitty est de partout ! Coupe ongle, vêtements, culotte, stylo, cahier, sac pour transporter son chien, téléphone, lampe, télévision…
montre en diamants ... et la liste est longue.

Hello Kitty est un personnage créé par Sanrio il y a 30ans au Japon (copyright déposé en 1976).

Hello Kitty est l’emblème de la mode « Kawaii » (mignon en japonais). Le "kawaii" c'est rester petite fille: collectionner les objets mignons en tout genre, et adopter un style de vêtement rappellant un peu les poupées.

En tout cas, les chinoises raffolant des gadgets mignons en tout genre, elles semblent avoir adoptées Hello Kitty. Et elles ne sont pas les seules ;D ! J’ai commencé une mini collection d’objet Hello Kitty (tout ça par la faute d’Audrey, je tiens à la dénoncer). 

 

Comme vous pouvez le voir, je n’ai pas encore beaucoup d’objet Hello Kitty… :)

  

Ah oui, j’oubliais en Chine les produits Hello Kitty sont comment dire… vu leur prix dérisoires… Cela m’étonnerais qu’ils ne soient pas tous des faux. Enfin en cherchant bien, il me semble qu’il y a des magasins spécialisés.

  

En tout cas si vous raffolez d’Hello Kitty, ne loupez pas le parc d’attraction Puroland au Japon, ou même l’hotel spécial Hello Kitty à Taiwan.

 

 

----------

Au fait, savez-vous pourquoi Hello Kitty n’a pas de bouche ?

Selon le site officiel elle parle avec son cœur xD De source moins sure, c’est pour que chacun puisse adapter l'expression de son visage suivant son envie. Hello Kitty peut donc paraître triste, joyeuse, étonnée, etc…

 

Repost 0
24 juin 2006 6 24 /06 /juin /2006 14:53

Il me semblait bien que la chanson de Jackie "wu jin de ai" m'était familière... et était entièrement chantée en Chinois... Alors j'ai cherché, cherché sur le web, et j'ai découvert que ce n'est qu'une reprise de 孙楠 (sun nan). Enfin, les paroles ne sont absolument pas les même.
J'aime beaucoup la reprise de Jackie, je la trouve très réussi, mais pour le coup je préfère l'originale qui est tout en chinois (et donc chantable héhé, chanter en coréen me parait plus délicat :p ).

La chanson originale la voici (collée sur le clip de Jackie):

La qualité est pas top, et sur mon ordinateur je n'arrive pas à avoir la fin... Donc pour ceux qui sont intéressés, pour télécharger la chanson: c'est ici.

Repost 0

* Hello China *

Présentation du blog:
Bonjour à tous, je m'appelle Elodie. Je vis en Chine depuis début 2006. J'aime la Chine et devinez quoi? Depuis le temps j'aime toujours y vivre.
Mon mari est chinois (Nanjing) et nous vivons actuellement à Shanghai. Après avoir vécu quasiment 5 ans à Zhangjiagang (petite ville du Jiangsu). Je parle couramment chinois: j'ai fait 2 années d'étude à Nanjing University, et je suis fière d'avoir obtenu au HSK le niveau 7... Enfin j'ai encore de quoi m'améliorer! 
Je crois que vous savez à peu près tout... ;) Bonne visite!
Hello China - Elo China 欢迎你 
Une dernière chose: compte tenu du nombre de message que j'ai reçu via mon blog, je n'ai malheureusement pas le temps de répondre à tout le monde. Désolée.

 

Click for Nanjing, Jiangsu Forecast

Liens

Tous mes liens ici
***


Bonjour Chine – Portail Forums expatriation
www.expat-blog.com
Blogarama - The Blog Directory

www.annuaire-blogs.fr

SuperExpat c'est le meilleur des blogs et de l'actualité des français de l'étranger. Actualité, Conseils pratiques, Infos et Analyses locales...

Une sélection de la


***

Recherche

Pages